Bonjour Chers lecteurs. Comme le mois précédent, je suis allé à la rencontre de personnes pouvant nous édifier de par leur expérience, leur vie, leur philosophie à faire de chacune de nos familles le plus bel endroit d’apprentissage.

Ce mois de juillet, nous parlerons de maternité et de parentalité.  Lala Méïta: la parentalité se pratique à deux.  Je n’en dirai pas plus. 

C’est encore moi Paterne Kraidi, Attaché de presse et Blogueur. Place à l’entretien.

 

Bonjour Lala. Est-ce vous « lala » de la série « Maîtresse d’un homme marié » (En plus vous avez des traits de ressemblances. Rires) ?

Rires. Non, ce n’est pas moi, même s’il y a des similitudes avec son nom et son visage. Moi je suis Lala Méïta Soumahoro, mère de trois garçons, entrepreneure et blogueuse parentalité.

Je vous conseille de ne pas stresser. Je vous conseille d’être heureux, de préparer la venue de l’enfant avec calme et sérénité.

 

Merci de vous être présentée, ce qui dissipe tout doute d’avec l’actrice (rires). En parcourant votre profil et vos prises de parole, on a l’impression que vous revendiquez le ‘’ titre’’ de mère épanouie. Pouvez-vous donc nous dire ce que c’est qu’une mère épanouie ?

Alors non, je ne me revendique pas mère épanouie. Je le suis. En vérité, une mère épanouie pour moi est une femme qui comprend l’importance de la grossesse, qui en profite même quand ça ne va pas, qui prend conscience de l’importance de la présence de l’enfant dans sa vie et qui en profite au maximum. Pour moi une mère épanouie, c’est ça.

la parentalité se pratique à deux

 

Mère de trois enfants, que représente la grossesse dans la vie d’une femme ?

Ah ! Beaucoup de choses. Le mystère, la douleur, la souffrance, les nausées, le fait d’avoir un être inconnu dans son ventre qui bouge et qui dérange tout… et puis la curiosité, l’impatience, la joie, le bonheur, cette complétude.

Lala Méïta, lors du Baby Shower organisé lors de la grossesse de son 3ème enfant

 

Et le futur père, comment doit-il vivre cette période afin d’être un soutien jusqu’à l’accouchement et même après ?

Il doit être compréhensif, patient, présent, très attentif au moindre signe d’inconfort de sa femme. Et j’estime que la parentalité se pratique à deux. De ce fait, papa et maman doivent s’informer ensemble et partager tout pendant ce moment extrêmement sensible. Jusqu’à parfois deux ans plus tard, la femme est encore sujette aux hormones…

Quels sont les éléments pouvant permettre à l’enfant dès son plus jeune âge de savoir que ses parents l’aiment ?

Les câlins, les mots, les encouragements, la patience et la pédagogie. Si bien orchestrés, l’enfant ressentira l’amour dans tout, même dans des corrections (pas physiques, je n’aime pas la violence physique et je me bats pour ne pas taper mes enfants).

 

African Mutti, on en parle.  Qu’est-ce qui justifie la création de ce blog ?

Mon fils. Le premier m’a donné envie de savoir et de partager.

Mon second fils lui m’a donné envie de rechercher et de creuser plus profondément encore. Et c’est de là qu’est né AFM*, que j’ai développé en avançant avec mes amis, ma famille et la contribution parfois de généreux followers qui s’impliquent dans le concept de parentalité. C’est important pour moi qu’ils le soient aussi.

Pour tous ces jeunes couples dans l’attente de leur premier enfant, quels conseils pouvez-vous leur donner ? Ça sera votre conclusion.

Je vous conseille de ne pas stresser. Je vous conseille d’être heureux, de préparer la venue de l’enfant avec calme et sérénité. Que rien ne vous fasse paniquer. Concentrez-vous sur ce que vous voulez de meilleur pour lui ou elle, et employez-vous à devenir la meilleure version des parents que vous avez eu.

 

*AFM sont les initiales de son blog African Mutti que vous pouvez suivre d’ailleurs à cette adresse : www.africanmutti.com